À l’air actuel où l’on prône pour le développement durable et la réduction maximale d’empreinte écologique, les techniques de construction en bâtiment sont constamment en évolution. Si auparavant le concept de la maison passive était plébiscité pour économiser davantage les énergies utilisées pour assurer le confort de l’habitat, aujourd’hui le concept de la biologie de la construction va plus loin. On parle alors d’une véritable démarche de construction liée au respect l’environnement, mais aussi à la personne. Construire selon la biologie de l’habitat signifie alors investir pour une habitation saine et écologique.

Comprendre le concept de la biologie de construction

Dans cette nouvelle démarche en techniques de construction, l’objectif est de réaliser des bâtiments neufs ou d’améliorer ceux qui existent déjà. Les travaux et les matériaux utilisés n’engendreront que des impacts limités sur l’environnement et sur les futurs occupants. Pour cela, les ingénieurs et techniciens en bâtiment étudient avant tout les diverses interactions entre les occupants, le bâti et l’environnement en prenant en compte tous les paramètres existants. Ainsi, à chaque étape de la réalisation des travaux de construction, les techniques utilisées vont se focaliser davantage sur le bien-être et la santé des occupants et des êtres vivants aux alentours du chantier.

Les principes de base de la biologie de construction

Depuis la nuit des temps, l’homme aspire à un cadre de vie plus confortable et au sein duquel il se sent bien, puisse se ressourcer et se reposer. C’est dans cette optique, que les premiers chercheurs allemands, dont le docteur Hubert Palm qui considéré d’ailleurs comme le véritable fondateur du concept de la biologie de la construction, ont exploré les différents spectres et éléments pouvant avoir des répercussions sur la santé et sur la situation du logement. Les connaissances reçues permettront par la suite d’adopter les meilleures solutions au profit de l’environnement, de la qualité du bâti et à la santé de ses occupants.

La biologie de l’habitat au service du bien-être des occupants

La biologie de la construction s’inscrit plus concrètement dans les préoccupations liées au développement durable et adopte ainsi une démarche de Haute Qualité Environnementale. Dans la mise en œuvre alors, des études approfondies sont menées sur la problématique de l’eau, la circulation de l’air, de l’ancrage de l’habitat dans la terre, de la bonne gestion et exploitation des flux de lumière et de chaleur, ainsi que sur les différentes questions concernant les champs électrostatiques, pollutions électromagnétiques, hautes fréquences et bien d’autres éléments pouvant perturber la tranquillité et le bien-être des personnes. Ceci, dans le but de construire un espace de vie sain en harmonie avec l’environnement.